Le Mexique et les transports

Même si en moyenne le coût de la vie est moins cher au Mexique qu’en France (58% moins cher à Puebla qu’a Paris par exemple), il faut toujours anticiper un budget assez imprévisible quand il s’agit de prendre un vol intercontinental. En réalité, les prix peuvent s‘avérer parfois moins chers encore qu’un vol intra-européen pris à la dernière minute. C’est simple, il suffit de s’armer de quelques prérequis et de quelques paramètres. Les dépenses pour les vols seront, dans la grande majorité des cas, les dépenses les plus élevées durant ton stage au Mexique.

Les dates : Il y a moins de gens dans les avions en milieu de semaine (mercredi et jeudi par exemple), et les compagnies aériennes diminuent leurs prix pour remplir leurs avions. Donc, mieux vaut préconiser le creux de semaine. En ce qui concerne le calendrier, les prix montent évidemment de manière faramineuse durant les périodes de vacances. En général, les pires dates pour prendre son vol sont les mois de juillet et août ainsi que les périodes précédant et suivant Noël et le Nouvel An (fourchette de 15 jours 3 semaines). Si tes dates de stage se situent à des moments de grande affluence, essaie de prendre tes billets en avance et en milieu de semaine. Dernier petit tips pour avoir ton billet pour le Mexique à bon prix : regarde les vols de nuit. Le yield management s’adapte au traffic sur les comparateurs en ligne pour fixer les différents tarifs.

Les compagnies : Les compagnies nationales sont loin de te proposer un prix sérieusement compétitif pour un vol intercontinental, surtout si tu prends un vol à la dernière minute. De plus, elles ne proposent pas toujours des trajets directs et vu la durée du voyage, les escales sont plutôt à proscrire.

Il y a des compagnies Low Cost qui proposent de voyager pour peu et de manière assez décente de l’Europe vers le Mexique. Par exemple, Air Europa et Condor proposent généralement les vols les moins chers. Cependant, le confort est un peu plus rustique et il est conseillé de faire des provisions avant de rentrer dans l’avion car la nourriture est très rationnée.

Dans tous les cas, un trajet direct est assez rare à moins que tu habites à Paris et que tu fasses ton stage à Mexico. Les escales sont donc plus ou moins inévitables et il faut faire très attention lors des connexions entre deux vols car les contrôles aux frontières peuvent durer beaucoup de temps. Au Mexique personne ne t’appellera pour te demander de te présenter à la porte d’embarquement, il y a une seule annonce qui te rappelle de bien consulter les écrans d’informations des vols, te voilà prévenu !

Attention aux escales aux Etats Unis. Si tu as la « chance » de transiter par le territoire américain, tu vas devoir te munir à l’avance, d’un ESTA « Electronic System for Travel Authorization », une sorte de visa allégé obligatoire pour transiter même en zone internationale. Cette autorisation est payante et à remplir avec soin.

Les Aéroports : Certains Aéroports imposent plus ou moins de taxes aux compagnies aériennes. Pour une liaison directe intercontinentale entre l’Europe et le Mexique, les aéroports les moins chers semblent être Madrid, Bruxelles et Cancun (Francfort et Milan peuvent s’avérer être de bonnes options). De manière générale, il faut regarder les aéroports des anciens pays colonisateurs ainsi que les pays ayant une forte coopération internationale avec la destination en question.

Les habitués parlent : attention aux « escroqueries légales » à l’aéroport de Cancun ! Une fois sorti du terminal international, des taxis te proposeront des tarifs exorbitants pour changer de terminal par exemple. Ils te diront qu’il n’y a pas de navette et qu’il faut faire vite pour ne pas perdre son prochain vol… Bref, ils te mettront la pression pour te rouler proprement. Attention de bien connaitre le taux de change en arrivant car la région de Cancun est beaucoup plus chère comparée au reste du Mexique étant donné la présence de touristes américains. Renseigne toi donc bien sur les cours de la période donnée et privilégie les paiements par carte aux paiements en espèces. (On te conseille quand même de te munir de 1000 pesos en cash en cas de problème).

Les moteurs de recherche : Edreams et Skyscanner sont des comparateurs très fiables. Mais pour avoir le meilleur prix, les billets d’avions devraient être pris sur les sites des compagnies aériennes directement et non pas sur les comparateurs de prix, ces derniers aidant seulement à trouver les prix et prenant une commission.

Internship Wanted, placement de stages au Mexique

Se déplacer au Mexique

Se déplacer au Mexique n’est pas toujours une mince affaire. En effet, le Mexique représente 8 fois la France, donc pour aller d’un point à un autre, cela peut parfois s’avérer un peu compliqué.

L’AVION

Les vols pour aller à Cancun sont peu onéreux et beaucoup de vols touristiques y sont effectués, les taxes sont basses. De plus, Cancun est très bien connecté au reste du pays avec des compagnies locales comme Viva Aerobus, Volaris ou encore Interjet. 

LE TRAIN

Il n’y a pas de train au Mexique, ce n’est donc pas une option pour te déplacer. Tu peux donc garder ta carte 18-27 ans au chaud en France pour ton retour (si tu arrives à quitter le Mexique un jour). Cela dit, le train du Chiepe, attraction touristique reliant Chiuahua et Los Mochis, te permettra de vivre le Mexique Far West pendant ton stage.

L’AUTOBUS

Le bus est une véritable institution au Mexique, c’est le moyen de transport le moins cher, le plus démocratisé, et souvent donc le meilleur rapport qualité prix ! Il existe une multitude de compagnies aux standards variés : Du siège rigide au siège complètement couché, du bus basique au bus premium avec wifi, chargeur, toilettes et bien sur collation. Les trajets sont longs mais si le confort est au rendez vous, cela te permet d’économiser deux nuits d’hôtel entre l’aller et le retour. Encore un avantage ? Plus besoin de demander des jours à ton responsable de stage, tu peux partir le vendredi soir et arriver le samedi au petit matin sur les plus belles plages du Mexique.

La compagnie la plus connue est ADO, présente dans la moitié sud du Mexique. Estrella Roja et Futura sont deux autres bonnes options (bus plus luxueux) pour se déplacer dans la moitié nord du pays.

LA VOITURE

Il peut être intéressant de louer une voiture au Mexique sur une journée ou deux lorsque tu choisis de ne pas prendre d’assurance. Cependant, dans ce cas là, la caution à laisser peut monter jusqu’à 1000 euros. Les prix de location de voitures sont un peu plus élevés avec assurance. On te recommande cette option puisqu’il faut savoir que les usages et règles de sécurité routière sont différents.

Hertz propose aussi des tarifs particulièrement intéressants pour des voitures type « chevrolet aveo » à 1500 pesos la semaine sans assurance. Bien évidemment, ces réductions s’obtiennent majoritairement en dehors des vacances scolaires du Mexique et apparaissent uniquement sur leur site internet.

On te conseille de bien prendre connaissance des conditions d’assurance de ta carte bancaire, il se peut que celle-ci inclue déjà une assurance en cas de location de voiture à l’étranger (les cartes visa premier par exemple).

LES TRANSPORTS EN COMMUN

Peu chers, les metrobus sont adaptés aux trajets en ville (moins de 10 pesos en moyenne, soit 50 centimes chez nous). Mais il n’y en a pas dans toutes les villes, cela dépend donc d’où tu effectues ton stage au Mexique. Tu pourras notamment les utiliser à Guadalajara, Monterrey, Puebla ou bien sûr Mexico.

Il y a également les bus et les combis (moins de 10 pesos également), très pratiques. Ils n’ont pas forcément d’arrêts fixes et sont donc assez flexibles, il suffit de crier « parada por favor ! ». Cependant, on te conseille de rester prudent si tu n’es pas habitué car il est possible que les arrêts soient un peu brusques.

LE TAXI

Pour se déplacer en ville, le taxi est le must car évidemment il te récupère et te dépose exactement où tu veux, mais il est également bien moins cher qu’en Europe. Par contre, attention aux taxis traditionnels qui essayent souvent de t’arnaquer.

Le mieux est d’opter pour un Uber. Dans l’entreprise, nous sommes des fervents adeptes d’Uber. Au Mexique, pour un voyage de 20 minutes à Puebla, on en a rarement pour plus de 50 pesos (soit 2,50 euros). Attention, on prend vite l’habitude de l’utiliser, et le retour en France peu s’avérer difficile.

Il est également possible de s’arranger avec les chauffeurs Uber pour des voyages plus longs, en dehors de l’application. En effet, les chauffeurs peuvent par exemple t’emmener de Puebla à Mexico, pour la somme de 1200 pesos (60 euros), ce qui est plutôt avantageux divisé par 4. De plus, ils sont souvent équipés d’un câble jack, tu pourras ainsi écouter ta musique très fort et même ouvrir la fenêtre afin de fumer ta clope (fumeur que tu es), ce qui n’est évidemment pas possible dans un autobus.

Voilà, tu n’as plus aucune excuse pour ne pas visiter ce pays merveilleux !

N’hésitez pas à consulter nos dernières offres de stage ici !